• Accueil
  • > Blog
  • > J 142 – Wadi Rum ou le paradis de l’escalade classique

J 142 – Wadi Rum ou le paradis de l’escalade classique

Salaam aleikum!

On reprend l’antenne apres un long silence aussi profond que le silence du desert (a peine trouble par le suave blaterement des dromadaires (cf le brame du cerf!)  et l’appel du Muezzin a des heures indues). C’est juste qu’on avait pas acces a internet a Rum village qui fut notre camp de base durant ces 10 jours exeptionnels.

On a vu que cela vous a laisse le temps de poster de nombreux commentaires  qui nous on fait bien plaisir. En effet, savoir que ce blog vous aura permis une petite evasion de votre quotidien pluvieux et parfois monotone nous rechauffe le coeur car c’etait bien la l’objectif!

Quelques mots sur le Wadi Rum a present, pour ceux qui n’en aurait jamais entendu parler: Il s’agit d’une reserve naturelle dans le desert du Sud Jordannien carrement unique au monde. Immaginez un immense desert de sable et de dunes ou se trouvent posees d’enormes pates de montagnes multicolores aux parois abruptes, vertigineuses et entrecoupees de canyons, scutlptees par l’erosion de formes les plus delirantes, gigantesques chanterelles superposees aux lamelles de gres ou gros millefeuilles recouverts d’un coulis de chocolat (la, on sent notre frustration culinaire grandissante a l’approche de Noel en famille!).

L’escalade ici est quelque chose de fantastique, un melange d’Utah (USA) et de Dolomites dixit Wilfried Colonna, l’inventeur du site. Escalade libre, classique, engagee, esthetique et technique au possible, le summum, mithique. En arrivant on craignait de ne pas pouvoir grimper, faute de materiel specifique (Friends et coinceurs, les voies n’etant pas equipees), mais heureusement apres quelques jours d’errance on a rencontre quelques francais bien sympas qui nous ont sauve la mise en nous pretant tout le matos necessaire. Un grand merci donc a Francois le guide Grenoblois et a la joyeuse troupe de Marseille/Grenoble/Paris, le club des Cinq emmenes par Olivier.

 Donc apres s’etre installes dans une chambre chez Mohamed Sabah (fort recommendable: nuit a 3JD/personne avec possibilite de cuisinner), on est partis tous trois explorer les alentours. Le premier jour, une petite rando de reconaissance non loin du village a travers un canyon et des dunes nous laisse ahuris et pantois devant la beaute des paysages, bien mieux que ce qu’on immaginait. L’harmonie des couleurs, des formes, des lumieres et du silence est parfaite.

Le lendemain et le jour suivant, nous escaladons le Jebel Rum (1754m), point culminant du sectreur, a 900 metre au dessus du desert environnant, par une voie bedouine cotee AD+ mais carrement dure. Respect pour le chasseur bedouin Hammad qui le premier passa par la, gravissant du 5+ sans corde! Un bivouac au sommet nous permet de vivre les instants exceptionnels et memorables du coucher et du lever de soleil. C’est hallucinnant, on se croirait sur une autre planete. Univers mineral a 360 degres, pas une lumiere a l’horizon si ce n’est celle des etoiles et un scilence assourdissant. Lumieres irreelles et meme la cerise sur le gateau, le rayon vert au sunset!

Suivirent deux jours de marche dans le desert a la decouverte des differents massifs et autres arches naturelles impresionnantes avant d’attaquer les choses serieuses: cinq jours d’escalade qui resteront certainement les plus beaux du voyage. Le programme en resume: « Black Magic »(D+, 300m), « Aperitif » (D,150m), « The Beauty », (TD, 200m), « Star of Abu Judaidah » (ED-, 350m), « Merlin’s Wand » (TD, 150m), « Le bal des dromadaires » (100m, 5c+) et « Inferno » (TD, 150m). En gros, des longueurs ou se succedent diedres, fissures, murs et dalles en d’incroyables envolees vierges de spits. Seuls les relais et les rappels sont equipes, le reste se protegeant parfaitement an jetant friends et coinceurs dans les fissures. Chaque longueur jusqu’a la derniere nous semble etre la plus belle! On a trouve ici le plaisir de grimper a l’etat pur… agremente par des descentes parfois difficiles, en temoignent les cinq metres de corde restees sur place!

Je laisse la parole a Jeff qui se sent pousser la fibre litteraire!

« Imperceptible magie de toucher en plein vol en reve qui a commence il y a environ 20 ans, je me rapelle accrocher une par une les images sur le mur de ma chambre les images d’un mec aux cheveux longs, un « marginal ». Il est accroche sur les plus beaux murs de pierre des USA, Utah, Yosemite, etc… Lui c’est P.E pour les adeptes, Patrick Eldinger, celui qui nous a tous fait reve pour son escalade estethique et plus qu’efficace. Si j’avais su qu’un jour en haut d’ « Inferno » (TD,150m de fissure a mains et a doigts) j’allais ressentir le frisson skisophrenique de me dedoubler et de finir par etre lui! C’est au Wadi Rum que je comprends que tout ce parcours qui est la vie au bout des doigts est la trame de ce voyage. A tous ceux qui me connaissent ou pas: j’ai compris grace au Pere qui nous a fait a son image ce qu’est la Pierre Vivante en chacun de nous. En venant au Wadi Rum vous la trouverez aussi – j’en suis sur – Inch’Allah! »

Ce matin il a fallu decamper, helas on n’est pas d’ici et on a un avion a prendre… Une grande descente plus loin et nous somme a Aquaba, au bord de la mer Rouge!

Sur ce on vous balancera demain depuis l’Egypte une petite selection parmi les 700 photos qu’on a pris sur place!(c’est pour dire si c’etait beau!). Ici pas moyen la connection est trop mauvaise…

2 Réponses à “J 142 – Wadi Rum ou le paradis de l’escalade classique”

  1. Brigitte dit :

    Salut les ravis du désert,
    Olivier est bien arrivé à Barcelone puis à Toulouse,hier soir, accompagné de son papa qui tient une légère bronchite; le vélo de JM aussi est arrivé, bizaremment emballé mais bon!
    Je n’ai pas encore vu ses photos qui sont superbes d’après sa soeur!
    Quel bonheur de vous lire, les amis, vous vivez des moments hors du temps, en fait totalement immergés dans le temps; ce n’est plus le temps qui passe, c’est le temps qui EST.
    Continuez à être, c’est tellement plus fort que l’avoir. Affectueux baisers de Brigitte

  2. Olivier dit :

    Quelques images pour illustrer ces propos:
    http://pyreneisme.free.fr/wadi/

Laisser un commentaire